Fabricants, comprenez-vous les risques liés à la responsabilité de vos produits ?

Du premier croquis du prototype aux étiquettes d’avertissement sur le produit fini, les décisions prises au cours de la mise sur le marché d’un produit peuvent faire l’objet d’un examen approfondi dans le cadre d’une action en responsabilité du fait des produits. Les fabricants devraient se concentrer sur les risques potentiels tout au long du cycle de vie d’un produit pour aider à la fois à prévenir et à se défendre contre les actions en responsabilité du fait des produits.

En 2014, la responsabilité du fait des produits était en tête de la liste des catégories de verdicts les plus importants dans les affaires judiciaires. Parmi les 100 premiers verdicts par valeur monétaire, plus de 33 milliards de dollars au total ont été attribués par des jurys en matière de responsabilité du fait des produits. Outre les coûts financiers de la responsabilité du fait des produits, la publicité négative peut avoir un effet durable sur la marque et la réputation d’une entreprise et entraîner une perte de bonne volonté et de parts de marché.

Les entreprises doivent être conscientes du potentiel de responsabilité des produits à chaque étape du cycle de vie ainsi que de leur capacité à défendre les décisions qu’elles prennent, déclare Reese Cann, un professionnel de la responsabilité des produits de Travelers Risk Control. Les responsabilités d’un fabricant après la vente peuvent être remises en question grâce à une preuve comme la mise à jour des avertissements ou des instructions lorsqu’un danger est déterminé ultérieurement.

Etre en mesure de démontrer de manière cohérente que la sécurité était la première priorité du fabricant peut aider une entreprise alors qu’elle se prépare à se défendre contre une action en responsabilité du fait des produits. Deux types de théories sur la responsabilité du fait des produits sont la négligence et la responsabilité objective. Selon la théorie de la responsabilité objective, les fabricants doivent être prêts à se défendre contre les allégations de défauts de conception, de fabrication et d’avertissement et d’instructions.

Défauts de conception.

Lors de la phase de conception du produit, les fabricants peuvent effectuer une analyse des risques visant à déterminer les éventuelles façons dont un utilisateur final peut être blessé ou un bien endommagé. Cette analyse peut porter à la fois sur les utilisations prévues des produits et sur les mauvais usages anticipés. Les méthodes permettant de faire face aux risques d’utilisation peuvent être envisagées lors de la phase de conception en mettant l’accent sur les instructions, les avertissements et les dispositifs de sécurité réalisables, tels que les protections physiques, spécifiques au produit. Dans la mesure du possible, les dispositifs de sécurité peuvent être conçus de manière à ce qu’un utilisateur final ne puisse pas facilement les vaincre, les retirer ou les modifier. Cela peut, par exemple, être l’une des considérations prises en compte lors de la prise en compte des caractéristiques de sécurité dans la conception du produit. Les avertissements et les mesures de sécurité peuvent contribuer à éviter ou à atténuer la responsabilité du fait des produits. Un spécialiste des facteurs humains peut aider à l’évaluation des mesures d’alerte et de sécurité. Un avocat qui connaît bien la responsabilité du fait des produits peut procéder à un examen juridique pour vous aider à déterminer les risques juridiques. Le fait que votre équipe juridique participe de manière proactive aux décisions clés dès le début de la phase de conception peut vous aider à identifier les risques juridiques potentiels tout au long du développement du produit et vous aider à planifier les responsabilités éventuelles après la vente.

Défauts de fabrication.

Un fabricant peut être tenu responsable si un produit présente un défaut qui le rend déraisonnablement dangereux pour l’utilisateur. Les programmes d’assurance qualité peuvent inclure spécifiquement des inspections ou des tests aux étapes du processus de production ou des défauts pouvant présenter un plus grand risque de préjudice pour l’utilisateur pourraient se produire. Outre le travail du fabricant, les défauts peuvent résulter de composants ou de pièces qu’un fabricant incorpore dans le produit provenant d’un fournisseur ou d’un vendeur. Le fournisseur peut fournir des composants qui sont mal fabriqués, qui ne répondent pas aux spécifications de conception ou qui ne sont pas conformes aux normes industrielles ou aux réglementations gouvernementales. Cela souligne l’importance de la sélection des fournisseurs et des inspections des pièces ou matériaux incorporés, quelle que soit leur source. Un programme efficace de gestion des risques consiste notamment à s’assurer que les tiers peuvent être tenus financièrement responsables si leurs produits ou services causent ou contribuent à causer un préjudice ou une perte. Un programme de transfert des risques, qui comprend des contrats et des exigences d’assurance de ces parties, peut aider votre entreprise à éviter toute responsabilité ou perte financièreLes entreprises qui importent directement des matières premières, des produits ou des sous-ensembles peuvent être seules responsables financièrement en raison de l’incapacité à faire d’une entité étrangère une partie dans une réclamation en responsabilité du fait des produits. Les réclamations concernant des importations peuvent être difficiles à défendre, car l’entreprise défenderesse peut ne pas posséder les documents qu’elle aurait normalement conservés si elle avait fabriqué le produit elle-même. Il est donc important que les fabricants reconnaissent les risques juridiques que peuvent comporter les produits importés et qu’ils vérifient qu’ils ont mis en place des dispositifs de gestion des risques pour répondre au mieux à leurs besoins.

Défauts d’avertissement et d’instruction.

Certains dangers qui ne peuvent être traités par la conception ou qui ne sont pas suffisamment protégés peuvent être traités par des avertissements et des instructions. L’adéquation des avertissements peut être au centre d’une action en responsabilité du fait des produits. Les avertissements peuvent être considérés comme inadéquats, inappropriés, trompeurs ou déroutants. On peut soutenir qu’un avertissement inadéquat est en soi le défaut qui a causé le préjudice à l’utilisateur. L’American National Standards Institute (ANSI) supervise les normes volontaires pour les signes et symboles de sécurité ainsi que l’utilisation des signes et symboles dans le matériel didactique. Tenez compte des normes ANSI pour les étiquettes, les avertissements et les instructions. En règle générale, lorsque cela est nécessaire, les avertissements doivent être bien visibles et compréhensibles. Il peut être très utile de faire examiner vos avertissements et vos instructions par un avocat spécialisé dans la responsabilité du fait des produits. Comprendre les problèmes de responsabilité liés aux produits peut aider les fabricants à être plus conscients des responsabilités potentielles, à établir un processus axé sur la sécurité et à informer les clients sur les pratiques sûres et les dangers potentiels liés à l’utilisation de leurs produits. En savoir plus sur la gestion des risques liés à la responsabilité du fait des produits, notamment sur la manière dont les commentaires des clients peuvent aider les entreprises à identifier les problèmes et les risques liés aux produits.