Mise en lumière du statut d’auto entrepreneur : métiers, règles, avantages

L’indépendance est-elle forcément un luxe ? La création d’entreprise est-elle toujours soumise à la possession de capital ? Dans les faits, le statut d’auto entrepreneur vient changer la donne, en offrant à chacun la possibilité de mettre en œuvre un projet professionnel autonome, qu’il s’agisse de vente de produits ou de prestations de services. Vous souhaitez en savoir plus ? On vous donne quelques éléments d’explication !

Comment créer son auto-entreprise ?

Rien de plus simple que de mettre en place son statut d’auto entrepreneur, car vous n’avez même pas besoin de vous déplacer. Il vous suffit de vous rendre sur le portail des auto-entrepreneurs afin de remplir un formulaire en ligne, ou bien de remettre votre dossier entre les mains d’une agence spécialisée telle qu’espace-autoentrepreneur.com.

Dans ce formulaire, vous devez remplir votre nom et prénom, ainsi que votre numéro de téléphone et vos adresses mail et physique. Il vous sera également demandé de renseigner le type de métier que vous souhaitez exercer de manière indépendante, afin de pouvoir vous affilier à un CFE (centre de formalité des entreprises) tel que l’URSSAF. Suite à cela, vous recevrez un numéro de SIRET qui vous permettra de produire des factures et donc de commercialiser en toute légalité votre service ou bien vos produits.

Notez qu’il est très simple de mettre fin à votre activité également, puisqu’il vous suffit là encore de remplir un formulaire en ligne. Un mot d’ordre : la flexibilité, contrairement à d’autres structures plus contraignantes comme l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée).

Pour exercer dans quel genre de métiers ?

Les secteurs d’activité concernés par le statut d’auto entrepreneur sont nombreux : administration, agroalimentaire, création artistique, communication et médias, BTP, formation, informatique, marketing et commerce, meubles et textiles, santé et social, services à la personne ou aux entreprises, sports et loisirs ou encore transports.

En résultent des métiers divers et variés qui sont globalement identiques à ceux pouvant être exercés par des salariés, des fonctionnaires ou des chefs d’entreprise : huissier de justice, boucher, dessinateur, rédacteur, plombier, professeur, chef de projet, agent commercial, expert textile, psychanalyste, ostéopathe, maître d’œuvre, historien, professeur de sport ou encore architecte naval. N’hésitez pas à consulter Mr-entreprise.fr pour trouver des idées en termes de projet de création de société.

Zoom sur les règles et les atouts du statut d’auto entrepreneur

Comme évoqué précédemment, la réglementation pesant sur le statut d’auto entrepreneur est relativement allégée par rapport à une structure plus encadrée.

Il suffit de déclarer son chiffre d’affaires tous les mois ou par trimestre afin que soient calculées les cotisations sociales et fiscales, et de tenir une comptabilité épurée. Ainsi, le micro-entrepreneur doit uniquement tenir à jour un cahier de recettes, ainsi qu’un cahier d’achat s’il en effectue au titre de son activité. Par ailleurs, il doit conserver les factures et les devis générés dans le cadre de sa profession, et ce dans une période allant jusqu’à 10 ans après la fermeture de cette activité.

Les avantages, en contrepartie, sont nombreux : par exemple, le détenteur d’une auto-entreprise est exonéré de TVA. Il peut donc pratiquer des prix plus bas que ses concurrents, et ainsi bénéficier d’un avantage concurrentiel non négligeable. Il peut aussi cumuler cette structure avec un poste dans la fonction publique ou une position de salarié du privé. Un excellent moyen de compléter ses revenus, d’entamer une reconversion professionnelle ou de démarrer un projet d’entreprise en limitant les risques.

Vous l’aurez compris, ce statut offre son lot d’avantages, raison pour laquelle de nombreux professionnels tentent régulièrement l’aventure chaque année en France !